Londres

Londres, Royaume Uni, Mars 2018

+ La carte

[collapse]

+ Mon ressenti

J’ai beaucoup aimé cette ville surprenante. Les vieux bâtiments se mélangent aux modernes. Je n’ai pas pu aller à la City mais je l’ai vu de loin, des tours immenses pointent vers le ciel telles des crayons voulant écrire dans le ciel souvent nuageux. J’ai eu de la chance pour la météo. Je comprends mieux d’ailleurs pourquoi les Londoniens se promènent, même par jour de soleil avec un parapluie. Un soleil magnifique peut vite faire place à un grain de quelques minutes. J’ai dû acheter un parapluie qui ne m’a plus quitté durant mes promenades. Imaginez: 60km (37,28mi) en 3 jours avec 35km (21,74mi) déjà le 1er jour.
J’ai prévu d’y revenir car je n’ai pas eu la chance de voir Big-Ben, entouré de son cerclage de bois durant les 4 ans travaux de rénovation, débuté en Août 2017. Sauf quelques rares exceptions, la cloche ne devrait plus sonner avant la fin des travaux. Cette décision divise néanmoins la population et les députés britanniques ; selon la Première ministre Theresa May, « il n’est pas raisonnable que Big-Ben soit réduite au silence pendant quatre ans ». Cela fait quand même grand bruit de l’autre côté de la Manche. Sonnera-t-elle pour annoncer officiellement le « Brexit » en 2019.
Au prochain voyage, j’irais voir la piscine dans une cathédrale et je ferais une croisière sur la Tamise.

[collapse]

+ Partie historique

Londres fut fondé il y a presque 2 000 ans… par les Romains sous le nom de Londinium, Londres était au XIXe siècle la ville la plus peuplée du monde. Même Astérix et Obélix y sont venus « Ils sont fous ces bretons… » disaient sans cesse Obélix. Selon René Goscinny, c’est grâce à Panoramix que les « Bretons » mettent, depuis, du thé dans leur eau chaude… Mais redevenons sérieux, la suite arrive…
Les régions aux alentours de Londres (aujourd’hui situées à l’intérieur des frontières du Grand Londres) semblent avoir été habitées par des Bretons insulaires depuis les temps préhistoriques, mais aucune trace archéologique n’a été mise au jour au nord du pont de Londres, lieu où la ville est véritablement née et d’où elle s’est développée.
Les plus anciennes traces certaines d’installations durables remontent à l’an 43 et sont dues aux Romains qui, à la suite de leur conquête de la Bretagne, y bâtissent une première ville. Ce premier campement est appelé Londinium. Le pont de Londres se trouvait au centre du tout nouveau réseau de routes créé par les Romains et était un lieu de passage privilégié pour traverser la Tamise, ce qui a attiré de nombreux commerçants et ainsi contribué à la croissance de la ville. Londres est vite devenue un important centre d’échanges et de commerce, la Tamise permettant d’acheminer facilement des marchandises jusqu’au cœur de la ville.
Vers le IIe siècle, la ville s’entoure de murailles : le mur de Londres. Pendant plus d’un millénaire, les frontières de la ville sont marquées par ce mur qui délimite une zone largement englobée aujourd’hui par celle de la City. Après le départ des Romains de Grande-Bretagne en 410, et vers l’an 600, les Anglo-Saxons fondent une nouvelle ville, Lundenwic, à environ 1km (0,62mi) en amont de la ville romaine, à l’endroit où se trouve aujourd’hui Covent Garden. La ville fut rasée par les Vikings. Après cette occupation viking, Alfred le Grand rétablit la paix et fait déplacer la ville dans les murailles de la vieille cité romaine (alors appelée Lundenburgh) en 886. La ville originale est devenue Ealdwic (« vieille ville »), dont le nom a survécu jusqu’à aujourd’hui pour donner Aldwych.
Elle fut ensuite Française avec Guillaume le Conquérant et son fils, Guillaume le Roux qui commence, en 1097, la construction du hall de Westminster, près de l’abbaye du même nom. Ce hall est à l’origine du palais de Westminster.
Après la défaite de l’Invincible Armada espagnole en 1588, une certaine stabilité politique en Angleterre permet à Londres de se développer davantage.
Plusieurs épidémies de peste noire touchent Londres au début du xviie siècle, culminant avec la grande peste de Londres de 1665, qui tue environ 20 % de la population. L’année suivante, le grand incendie de 1666 détruit une grande partie des maisons en bois de la ville. La reconstruction de Londres occupe toute la décennie suivante.
En 1603, Jacques VI d’Écosse monte sur le trône d’Angleterre et s’efforce d’unifier les deux pays. De 1825 à 1925, Londres est la ville la plus peuplée au monde.
Londres joue un grand rôle durant la 2ème guerre mondiale et subit régulièrement les bombardements Allemands.
Source

[collapse]

+ Page liée

Note:: L’album « Spécial » regroupe des images hors des monuments et une petite vidéo musicale.

[collapse]