La Jordanie – Petra

Publié le par
Pétra, Jordanie, Octobre 2018

+ La carte

[collapse]

+ Mon ressenti et partie historique

MAGNIFIQUE, je n’ai que ce mot qui me vient à l’esprit. Je n’y suis resté que 4h mais j’ai pu voir beaucoup de choses. Tous ces tombeaux funéraires ont été sculptés dans les rochers de grès et de granit. Je n’aurais jamais imaginé un tel lieu. Une petite marche de 1km (0.62mi) avant d’atteindre Al Sîq (« Le Fossé »). Vous découvrirez alors l’entrée du défilé de 1,2km (0.74mi) qui vous mènera à « Khazneh » (« Le Trésor du Pharaon »), le monument le plus connu de Pétra. Ce défilé est splendide par les couleurs et ses dimensions. Vous découvrirez aussi des petites niches votives contenant des sculptures de dieux, ou encore les « aqueducs » qui ont été façonnés dans la roche de chaque côté, afin d’alimenter en eau la ville au centre de Pétra, comme vous le verrez sur les photographies. De plus, de petits barrages ont été créés ainsi que des réservoirs à eau. Sur ce chemin, vous découvrirez aussi les vestiges d’une très abîmée qui représentait un dromadaire et des chameliers arrivant à leur destination; la grande ville caravanière et capitale des Nabatéens. Et enfin, au bout de ce défilé, vous découvrez la Khazneh, à la façade de grès rose taillée directement dans la roche.
Le monument le plus spectaculaire se mérite. Il s’agit du « Deir » (de l’arabe « al-Deir », « le monastère »). C’est l’un des bâtiments les plus connus, avec et le plus grand de la cité antique. Sa façade mesure 45m (147ft) de large sur 42m (137ft) de haut. Pourquoi se mérite-il ? Tout simplement, car l’arrivée devant le monument se fait via un sentier et des escaliers de 800 marches taillées dans la roche. Il y a quelques photos montrant ce sentier et des marches, dont une avec des chèvres.
Le site est si vaste qu’il est difficile de savoir vraiment où aller. Le site Pétra se visite en 3 jours pour prendre son temps. Il existe d’ailleurs un « Little Petra » que j’aurais eu le temps de visiter la veille mais malheureusement, j’étais trop fatigué par la journée chargée. Pour visiter, j’ai eu un guide parlant français, je me voyais mal comprendre toutes les explications en anglais, et surtout me rappeler. Malgré cela, je n’ai pas tout retenu.
Le conseil: Allez directement sur le Monastère en arrivant à Pétra. Vous aurez de l’énergie et vous pourrez visiter le reste du site avec moins de monde car les visiteurs avancent dans l’ordre…
Partie historique
L’histoire de Pétra est longue et sa vallée est particulièrement prisée pour sa facilité de défense. Les premiers habitants sont préhistoriques. La ville est fondée vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., par les Édomites, elle est ensuite occupée vers le VIe siècle av. J.-C. par les Nabatéens qui la font prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l’encens, les épices et d’autres produits précieux entre l’Arabie du Sud, l’Égypte, la Syrie et la Méditerranée.
Ensuite, quelques siècles avant notre ère, à l’époque nabatéenne, se développe une ville pour la plupart creusée dans la roche. La civilisation nabatéenne s’y installe pour plusieurs siècles, jusqu’à l’époque romaine. Pétra devient la base de départ pour les attaques romaines contre l’empire des Parthes en Iran, à l’est.
Après la période byzantine, le site est pratiquement abandonné. Vers le VIIIe siècle, la modification des routes commerciales et plusieurs séismes entraîneront l’abandon progressif de la ville. Tombé dans l’oubli à l’époque moderne, le site est redécouvert en 1812 par le monde occidental grâce à l’explorateur suisse Jean Louis Burckhardt.
Les nombreux bâtiments, dont les façades monumentales ont été directement taillées dans la roche, en font un ensemble unique qui est inscrit, depuis 1985, sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Source

[collapse]

+ Une carte du site de Pétra

[collapse]