Rhodes

Publié le par
Rhodes, Grèce, Mai 2013

+ La carte

[collapse]

+ Mon ressenti et partie historique

A Rhodes, j’ai loué un quad qui m’a permis de me déplacer où je voulais en empruntant le plus possible des petites routes mais surtout des routes impraticables en voiture. Anthony Quinn Bay vaut également le détour ainsi que la vieille ville de Rhodes ou Lindos. A Rhodes, n’hésitez pas à parcourir les petites routes. Vous découvrirez souvent une petite église, toute simple qui ne demande qu’à être visitée. Ainsi, vous pourrez régaler vos yeux et vos papilles. Profitez des vestiges grandioses, de leur histoire mais aussi du climat, des paysages et de leur gastronomie. Les églises orthodoxes sont aussi une splendeur. Les intérieurs sont magnifiques, recouverts d’or, de différentes couleurs et de peintures aux détails époustouflants. La vue sur la mer dans la couleur bleu azur qui donne envie de se rafraîchir.
Partie historique
Sur le territoire actuel de la Grèce, le climat a permis une bonne conservation de vestiges même très anciens, et l’écriture est apparue tôt : l’histoire du pays est donc très connue, de la Grèce antique à la Grèce actuelle en passant par l’hellénisme, Périodes romaine, byzantine, ottomane, d’indépendance, de monarchie, de guerre civile et de dictature des colonels.
Depuis le XIXe siècle, deux écoles s’affrontent pour l’écriture de l’histoire de la Grèce : celle d’une continuité de l’hellénisme entre l’antiquité et nos jours, qui tient surtout compte de l’évolution de la langue, et celle d’une profonde différence entre les La Grèce et la Grèce contemporaine, introduites par les empires byzantin puis ottoman, dont les religions monothéistes sont analysées comme une rupture culturelle fondamentale. La Grèce est donc un pays chargé d’histoire comme en témoignent les nombreux monuments visibles à Athènes mais aussi dans tout le pays.
Rhodes a subi la même influence, mais elle n’a pas toujours été rattachée à la Grèce. L’Ordre des Hospitaliers s’y installa pendant plus de 2 siècles à partir de 1307 mais dut fuir devant les Turcs menés par Soliman Le Magnifique en 1522. L’Italie s’empara finalement de l’île en 1912. En 1936, le fascisme arriva sur l’île mais la vie de la population juive continua sans trop de difficultés. Il faut dire que la présence juive était importante. Aux XVIe et XVIIe siècles, l’île, qui comptait déjà des Juifs « romaniotes », accueillait tellement de Juifs sépharades rejetés d’Espagne qu’elle prit le surnom de « Petite Jérusalem ». Avec la capitulation allemande, l’île est placée sous protectorat anglais puis sous souveraineté grecque en 1948.
Source

[collapse]

Note: Je ne suis pas un pro du montage vidéo, donc ma devise « Aller au plus simple ».