Syracuse

Syracuse et la Sicile, Italie, Juillet 2021

+ La carte

[collapse]

+ Mon ressenti

Syracuse pendant une semaine, mais je n’ai pas fait que Syracuse, heureusement.
Syracuse est une petite ville paisible. De belles églises, peu de plage mais j’ai découvert un restaurant agréable, le « Zen & Jonico », avec une terrasse et la possibilité de se baigner. Il faut payer pour accéder à la terrasse mais cela vaut le détour, loin des plages fréquentées.
L’île d’Ortygie possède de nombreux monuments et églises. Flâner dans ses étroites et vieilles ruelles est une merveille de découverte, pas seulement pour ses églises mais aussi par l’ambiance qui y règne.
Ragusa, Modica et Notto valent aussi le détour, surtout Ragusa. Une très belle ville qui demande une journée complète pour la visiter, malheureusement, je ne disposais que de quelques heures. Il faut aussi de bonnes chaussures et une grande bouteille d’eau, sous le soleil sicilien car cela monte et descend… Modica est aussi perchée sur une colline comme Ragusa mais les monuments sont plus accessibles. Je dirais aussi de ne pas hésiter à déambuler dans les petites ruelles. Noto est aussi une très belle ville, mais encore moins escarpé pour la visite des principales cathédrales et églises, elles sont presque toutes dans le même secteur.
La réserve naturelle de Cava Grande de Cassibile est vraiment une merveille. J’avais l’impression d’être dans les gorges du Verdon, par pour la rivière mais pour l’ambiance. La descente semble douce au début mais avec la chaleur, 38°C (100°F), puis cela devient plus pénible. Malgré ces difficultés, cela vaut le déplacement.

[collapse]

+ Un peu d’histoire

Syracuse est fondée en 734 par des colons grecs partis de Corinthe sur l’île d’Ortygie, où ils trouvent une aiguade du nom d’Aréthuse. L’expédition est menée par Archias de la famille des Bacchiades. Cette famille cherche à se poster le long des routes qui traversent la mer Méditerranée (par ailleurs, au même moment, un autre Bacchiade, Chersicratès, fonde Corcyre sur la route maritime allant de la côte illyrienne à la côte orientale de la Sicile).
Ragusa: Le site de Raguse est occupé depuis l’Antiquité. Cet habitat antique, puis médiéval, correspond à l’actuel quartier d’Ibla (nom de la ville ancienne). En 1693, un terrible séisme frappe la ville et la détruit en grande partie. Lors de la reconstruction après le séisme, deux clans s’affrontent : les bourgeois qui souhaitent rebâtir ailleurs, et les nobles, qui préfèrent rester sur place. La reconstruction se fera sur les bases médiévales à Ibla, et une nouvelle ville voit le jour au-dessus des vieux quartiers. Ragusa-Nuova (« Raguse la Neuve ») contraste donc par ses rues larges, rectilignes, et ses majestueux édifices baroques. Ibla garde son cachet médiéval, dominée par le dôme Saint-Georges (Duomo San Giorgio), avec ses ruelles tortueuses et ses nombreuses maisons et églises baroques. Depuis 2002, l’ensemble de la ville ancienne est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO5 aux côtés de 7 autres villes emblématiques du baroque tardif de la vallée de Noto.
Modica: La ville fut le théâtre, en 1474, d’un pogrom anti-juif appelé « Strage dell’Assunta » (le massacre de l’Assomption). 360 juifs furent massacrés dans le quartier juif de la ville (la Giudecca), sous les encouragements de prédicateurs catholiques. Partiellement touchée par le Séisme de 1693, la ville est reconstruite avec des bâtiments baroques qui lui vaut un classement au Patrimoine mondial par l’UNESCO avec sept autres villes du Val di Noto. Lorsque le Traités d’Utrecht en 1713 fait passer la couronne de Sicile du roi d’Espagne au duc de Savoie, le comté de Modica reste possession ibérique, fiscalement et politiquement autonome du reste de l’île. En 1804, le secrétaire d’État John Acton reçoit le duché de Modica en compensation de son retrait des affaires publiques à la demande des Français.
Noto: Occupée longuement par les Musulmans, Noto se rend aux conquérants normands commandés par le comte Roger de Hauteville en 1091, mettant ainsi fin à la conquête normande de la Sicile (1061-1091). Cette date marque le début du règne de la famille des Hauteville sur toute l’île et son histoire est désormais lié au royaume de Sicile. Un tremblement de terre dévaste la ville de Neai (Noto Antica) en 1693. Ses habitants décident alors de la reconstruire à une huitaine de kilomètres plus au sud. Sur la colline de la Meti s’établit le peuple (Noto haute) ; le long des pentes, en revanche, furent bâtis les principales églises, les plus importants couvents, et les prestigieuses résidences aristocratiques (Noto basse).Les bâtiments sont construits avec une pierre calcaire jaune.
Source

[collapse]

+ L’album Spécial de Syracuse