Le Gard

Publié le par
Le Gard, Septembre 2009

+ La carte

[collapse]

+ Mon ressenti et Partie historique

Je vous emmène dans le Sud de la France, le Gard plus précisément. Cette région est connue pour la Camargue, Aigues-Mortes (autrefois au bord de l’eau) ainsi que le pont du Gard. Une région marquée par la présence romaine.
Cette région est connue aussi pour ses courses de taureaux et les jeux de vachettes. Des clowns s’amusent avec ces bêtes magnifiques et pour les plus courageux, des concours avec lots sont organisés. Pourquoi courageux ? Car il faut descendre dans l’arène et affronter ces bêtes excitées par la foule.
Les points essentiels à visiter: Nîmes et ses arènes, Aigues-Mortes (Tours et Remparts), le Grau-du-Roi, Uzès, et bien entendu le Pont du Gard.
Partie historique
Il tient son nom de la rivière le Gard, localement appelé le Gardon, qui le traverse. Le département a été créé à la Révolution française, en mars 1790, à partir d’une partie de l’ancienne province de Languedoc.
Ce pays fut, dit-on, occupé primitivement par les Ibères. Ceux-ci furent chassés par le peuple celte des Volques. En 720, les Sarrasins, sous l’émir Zama, se répandent jusqu’au Rhône. Ils sont vaincus deux ans après par Eudes. Iousouf prend le même chemin en 737, Charles Martel le bat à son tour.
Au XVIe siècle et au XVIIe siècle, les diocèses de Nîmes, d’Alais et d’Uzès furent agités par les guerres religieuses.
La capitale du département, cité manufacturière vouée au textile et place commerciale importante, devient de plus une plaque tournante ferroviaire essentielle lors de la mise en place du réseau de chemin de fer dans les années 1830-1840 le plus long alors en France. Voilà qu’apparaissent de superbes hôtels particuliers dans les villes et villages, voilà que se dessine un renouveau urbain (notamment le monumental quartier de la gare). À Nîmes, par hasard, au siècle des Lumières, on redécouvre le sanctuaire romain de la Source.

[collapse]