La Normandie

La Normandie avec mon ami Yan, Avril 2018

Une grande balade en voiture le long des côtes avec un féru d’histoire qui connaît très bien sa région et sait vous intéresser.
Des dépaysements quand on part de la plaine d’Isigny-sur-mer, près des plages d’Omaha, témoin des combats des Américains pour libérer la France, et que l’on se dirige vers la Hague, avec ses découpes à la dentelle des côtes. Un passage par Barfleur où nous avons pu admirer L’Eglise Saint-Nicolas.
Un petit passage par le plus petit port de France, Port-Racine, nommé en hommage à l’un des derniers corsaires qui sévissaient sous Napoléon, le capitaine François-Médard Racine. Une vue sur l’île Saint-Marcouf, puis Sainte-Anne avec surtout des terres anglaises avec Guernesey et Jersey, où même nos téléphones nous rappelaient la proximité anglaise.
Enfin, un retour pour traverser Sante-Mère-L’église où l’église nous rappelle la mésaventure de John Steele, l’un des parachutistes américains largués trop bas et qui n’ont pas atteint leur cible. Il est resté accroché au clocher du village avec le son des cloches.
Une journée sous un soleil radieux mais le dimanche nous a quand même rappelé que nous étions en Normandie….
Merci encore Yan pour ce weekend et pour m’avoir appris tant de choses, en espérant m’en rappeler une partie.
Je vais aussi profiter pour ajouter des photos prises de weekends précédents. Lors d’un weekend, nous sommes remontés dans l’histoire jusqu’au débarquement avec la visite de la Pointe-Du-Hoc. Les Rangers américains devaient escalader la falaise des deux côtés de la Pointe du Hoc, à l’ouest et à l’est pour s’emparer de la batterie et des bunkers la protégeant. Des photos permettent d’estimer l’escalade qu’ont dû entreprendre ces glorieux soldats qui ont laissés des leurs dans cette opération. Mais cette place n’était pas si dangereuse pour le débarquement car les allemands avaient démonté une partie de l’artillerie et remplacés par des rondins de bois, subterfuge qui a trompé les avions de reconnaissances alliés. Après, promenade au bord de l’eau sur la plage d’Omaha avec une vue de la Pointe-Du-Haut de cette plage. Le drapeau américain flotte même sur une maison.
Je joins aussi des photos d’Etretat et des abords, prises lors d’un weekend plus ancien. Etretat avec des falaises et surtout son aiguille creuse, le domicile du célèbre gentleman-cambrioleur, Arsène Lupin, le héro du roman policier de Maurice Leblanc. ce personnage encensé à la télévision par Georges Descrières et son fidèle Grognard (Yvon Bouchard) recherché par le commissaire Guerchard (Roger Carel)

Je ne pouvais pas passer à côté des parcs à huître sans faire des photos. Je vais essayer de me souvenir des explications de Yan sur son travail d’ostréiculteur, en précisant qu’il vend à la tonne. Les petites huîtres sont déposées dans des poches à mailles très serrées. Elles sont ensuite déposées sur des tables et attachées avec des élastiques pour ne pas les perdre lors des marées et avec les courants.
Au fur et à mesure de la pousse, les huîtres sont remises dans de poches avec des mailles de plus en plus larges 2, 4, 9 et 14mm/0.78,1.57,2.36,3.15po). A chaque changement de poches, il faut donc les ramener, vider les huîtres, les trier et les mettre dans les nouvelles poches. Ensuite, régulièrement, il faut tourner les poches pour décoller les huîtres et éviter des pousses trop tordues, qui seront invendables, perfection obligée pour nos assiettes. A la fin, les poches sont ramenées, couvertes d’algues, les huîtres sont nettoyées et calibrées pour être expédiées.
Les poches, elles, sont mises à sécher, les algues meurent ainsi. Dans toutes les opérations, il faut toujours faire attention à la casse.
C’est un travail qui ne connaît pas les weekends, tout est régulé par les marées.
Dans un prochain weekend, ce sera le débarquement mais sous l’eau puisque de nombreux vestiges y restent comme des tanks, des chalands de débarquement, … . Des plongées avec des températures loin des Philippines et une visibilité bien moindre. Je plongerais avec un bon, un très bon, qui connaît bien les histoires de la terre mais aussi celles sous l’eau.
Les photographies