L’Inde

L’Inde, Octobre et Novembre 2019

Je voulais depuis longtemps effectuer un voyage en Inde. Une mission à la Société Générale m’a permis de travailler avec des Indiens, basé à Bangalore, dont Saiprasad qui est venu en formation en France pendant quelques semaines. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble, le soir et des weekends. Du coup, cela m’a décidé de m’y rendre. Mais l’Inde est un vaste pays. 21 jours ne suffisent pas pour tout voir. J’ai donc découpé mon voyage en 3 grandes étapes: Bangalore, Mumbai et enfin Delhi, trois villes différentes. Mon choix fut le bon. Mon seul regret est de pas avoir passé plus de temps à Mumbai, 4 jours étant insuffisant. Et j’aurais en plus aimé faire un tour du côté de Bollywood.
Au mois d’octobre la mousson est en cours. Cette saison représente la saison la plus douce de l’année où les températures sont similaires à celles de la saison des pluies. Le temps est très nuageux et non pluvieux… Malheureusement, j’ai eu droit à des jours de pluie, mais cela n’a jamais tué personne…Et puis, c’est aussi la vie des indiens, donc en Inde, soit comme un indien.
L’Inde reste un pays étrange pour des européens. Ce pays a su développer sa technologie avec une Silicon Valley à Bangalore. Ce pays a failli devenir, en 2019, le 4ème état à poser une sonde sur la Lune. Connaissant la volonté des indiens, ce n’est qu’un coup d’essai. Pourtant face à ce modernisme, certaines zones semblent hors du temps, pris dans un passé dont elles ont des difficultés à sortir. Je vous parlerais plus longuement de cela dans les différentes pages sur l’Inde.
Le plus étonnant reste aussi ces vaches vivant librement. J’imaginais cela dans les campagnes Pourtant, Bangalore, Mumbai et même Delhi, à moindre mesure dans la ville, sont confronté à cela. Elles se promènent au gré de leurs envies, profitant des sacs poubelles pour s’alimenter, aux voitures de les éviter. J’ai même vu à Mumbai un homme qui, je pense, priait devant une vache. Toutefois, sur le marchés, les vaches sont vues d’un oeil différent par les dégâts qu’elles peuvent occasionnées. Sans les toucher, je dirais sans les « froisser », les marchands essaient de les éloigner de leur échoppe.
Ce voyage reste un très bon souvenir. Je reviendrais car j’ai envie d’aller dans le nord, revoir Mumbai, et bien d’autres choses encore.
Le pays
L’Inde (en hindi : Bhārat), officiellement la république de l’Inde (en hindi : Gaṇarājya), est un foyer de civilisations parmi les plus anciennes du monde, la civilisation de la vallée de l’Indus s’y est développée dès 3000 av. J.-C. Le sous-continent indien a abrité de vastes empires et est présent sur les routes commerciales dès l’Antiquité. L’Inde est la terre de naissance de quatre religions majeures: l’hindouisme (majoritaire avec environ 80% de fidèles), le jaïnisme, le bouddhisme et le sikhisme — alors que le zoroastrisme, le christianisme et l’islam s’y sont implantés durant le Ier millénaire. L’Inde est aujourd’hui un pays très divers sur le plan religieux, linguistique et culturel.
Le nom du pays « Inde » est dérivé de la version en vieux persan, « hindu », du mot sanskrit « Sindhu », l’appellation du fleuve Indus en sanskrit. La constitution du pays utilise également le mot « Bharat » (mot hindi dérivé du nom sanskrit d’un roi aryen antique dont l’histoire peut être trouvée dans le Mahabharata). Un troisième nom, « Hindustan » ou « Hindoustan » écouter le mot est employé depuis la période de l’Empire moghol et est encore utilisé aujourd’hui par les Indiens dans le langage courant. Le pluriel « les Indes » était couramment utilisé avant l’indépendance du pays.
Les plus anciennes traces humaines trouvées en Asie du Sud remontent à environ 30 000 ans. Autour de 7000 av. J.-C., la première installation néolithique apparaît sur le sous-continent à Mehrgarh et dans d’autres sites dans l’ouest du Pakistan. Ceux-ci se développent pour former la Civilisation de la vallée de l’Indus, la première culture urbaine de l’Asie du Sud qui existe entre 2500 et 1900 av. J.-C. au Pakistan et dans l’ouest de l’Inde. Centrée autour de villes comme Mohenjo-daro, Harappa, Dholavira, et Kalibangan, et reposant sur différents moyens de subsistance, la civilisation s’engage dans la production artisanale et le commerce à grande échelle. Le système des castes, créant une hiérarchie entre les prêtres, les guerriers et les paysans libres, mais en excluant les indigènes en déclarant leurs occupations impures, aurait émergé dans la période 2000 à 500 avant J.C, période des Veda, les plus vieux textes de l’hindouisme.
À la fin de la période védique, vers le Ve siècle av. J.C., les petites chefferies des plaines du Gange et du nord-ouest se consolident autour de seize oligarchies et monarchies importantes connues comme les Mahajanapadas. L’émergence de l’urbanisation et des orthodoxies religieuses pendant cette période est à l’origine des mouvements de réforme religieuse que sont le bouddhisme et le jaïnisme qui deviennent tous deux des religions indépendantes. Le bouddhisme, basé sur les enseignements de Gautama Bouddha attire des fidèles de toutes les classes sociales et les chroniques de la vie de Bouddha sont centrales dans les débuts de l’histoire écrite de l’Inde. Le jaïnisme devient important durant la même période, lors de la vie de Mahāvīra. Alors que dans cette période, la richesse urbaine augmente, ces deux religions font de la renonciation un idéal et toutes deux établissent des monastères.
La première partie du Moyen Âge indien, entre 600 et 1200, se caractérise par des royaumes régionaux et une grande diversité culturelle. Aucun dirigeant de cette époque n’est capable de créer un empire et de contrôler des territoires au-delà du cœur de son royaume comme Harsha de Kânnauj, la dynastie Chalukya, les Pallava. Dans le même temps, les peuples pastoraux, dont les terres sont utilisées pour la croissante économie agricole, sont intégrés dans la société de castes, à la suite de quoi le système des castes commence à voir émerger des différences régionales. Aux VIe et VIIe siècles, les premiers hymnes de dévotion sont créés en tamoul. Ils sont imités à travers toute l’Inde et provoquent une résurgence de l’hindouisme et le développement des langues modernes du sous-continent. Les rois indiens et les temples qu’ils financent attirent des fidèles en grand nombre. Des villes de pèlerinage de tailles diverses apparaissent un peu partout et l’Inde s’urbanise à nouveau. Après le Xe siècle, les clans nomades musulmans d’Asie centrale, avec leur cavalerie et leurs vastes armées, pénètrent régulièrement dans les plaines du nord-ouest, ce qui aboutit en 1206 à la création du Sultanat de Delhi. Au début du XVIe siècle, l’Inde du Nord tombe aux mains d’une nouvelle génération de guerriers d’Asie centrale. L’Empire moghol va amener à un gouvernement plus systématiquement centralisé et uniformisé et le commerce s’y étend. Au début du XVIIIe siècle, les clivages entre la domination commerciale et la domination politique disparaissent et des compagnies de commerce européennes, notamment la Compagnie britannique des Indes orientales, établissent des comptoirs sur les côtes. Le contrôle de la Compagnie anglaise sur les mers, ses importantes ressources et son avance militaire et technologique lui permettent de prendre le contrôle du Bengale en 1765 et de mettre sur la touche les autres compagnies européennes. Au cours des années 1820, la Compagnie s’appuie sur les richesses du Bengale pour accroître la puissance de son armée et annexe ou domine la majeure partie de l’Inde. Cette domination marque le début de la période coloniale : l’Inde cesse d’exporter des biens manufacturés et devient un fournisseur de matières premières pour l’Empire britannique. Dans le même temps, les pouvoirs économiques de la Compagnie sont réduits et celle-ci s’engage de plus en plus dans des domaines non-économiques, comme l’éducation, les réformes sociales et la culture. La nomination en 1848 de James Broun-Ramsay comme Gouverneur général de la Compagnie des Indes orientales marque le début d’un certain nombre de réformes de modernisation de l’État. Parmi ces changements, des avancées technologiques comme les chemins de fer, les canaux et le télégraphe, qui sont introduits en Inde peu de temps après l’Europe. Cependant, le mécontentement envers la Compagnie grandit pendant cette période et aboutit à la Rébellion indienne de 1857. Dans les décennies qui suivent, une vie publique commence à émerger et, en 1885, est créé le Congrès national indien. Entre les années 1870 et 1890, près de trente millions d’Indiens meurent de famines successives. Le degré de responsabilité de l’administration coloniale britannique est sujet à controverses entre historiens.
Après la Première Guerre mondiale, dans laquelle un million d’Indiens servent, une nouvelle période commence, marquée par des réformes des Britanniques mais également par une législation répressive et des appels répétés pour l’autodétermination et les débuts du mouvement non-violent de non-coopération dont le Mahatma Gandhi devient le leader et le symbole. Ce mouvement aboutit dans les années 1930 à quelques réformes législatives et le Congrès gagne les élections qui en résultent15. Mais la décennie qui suit est marquée par les crises : le gouvernement colonial engage l’Inde dans la Seconde Guerre mondiale, le Congrès pousse plus en avant la non-coopération alors que le nationalisme musulman s’intensifie.
Le mouvement pour l’Indépendance aboutit le 15 août 1947 mais le sous-continent est divisé en deux États : l’Inde et le Pakistan. La période coloniale représente pour l’Inde un fort déclin économique, en comparaison du reste du monde. Après avoir été une monarchie constitutionnelle pendant trois ans, la constitution de l’Inde entre en vigueur en 1950, elle fait alors du pays une république parlementaire fédérale et démocratique15. Depuis, l’Inde est demeurée une démocratie, la plus peuplée du monde : les libertés civiles sont protégées et la presse est largement indépendante.
Source
Les albums de l’Inde
Bangalore et Mysore: Bangalore, la silicon Valley et Mysore, une ville au passé historique.
Mumbai: Une des 10 villes les plus peuplées d’Inde, entre modernisme et passé colonial.
Delhi et Agra: Delhi ou New-Delhi, la capitale et l’agglomération et Agra, une ville chargée d’histoire.
Les Marchés: Découvertes des marchés couverts et des rues commerçantes.
Les Transports: Les différents transports en Inde, le passé, le présent et le futur.
Des Portraits: Différents portraits ou assimilés.
Spécial: Des photos insolites ainsi que des vidéos.
Quelques photographies que vous retrouverez dans les différents albums