Bangalore et Mysore

Bangalore et Mysore, 5 jours, Octobre 2019

Bangalore
Une ville surprenante et à multiple facettes. D’un côté c’est une ville moderne mais cette modernité cotoie un monde appartenant encore au passé. Je ne parlerais pas de la saleté ou de la pauvreté. Je cotoie cela à chaque voyage aux Philippines et il faut rappeler qu’une population très dense ne facilite pas cela. Se promener dans les rues de Bangalore est vraiment enivrant. Je ne parlerais pas du bruit incessant des klaxons, qui servent un peu à tout pour les conducteurs. Je parlerais surtout des odeurs des rues, des odeurs d’encens quand on se promène. Une ville à découvrir à pied ou en bus, comme beaucoup de nombreuses villes.
Comme d’habitude, j’ai fait des recherches sur Google, mon ami, pour voir les points essentiels. A partir de là, j’essaie de construire une visite, la marche ne me fait pas peur. Après, il ne reste plus qu’à charger l’itinéraire sur mon téléphone, et me voilà parti pour une journée de balade.
Le toponyme Bangalore est la version anglicisée de Bengaḷūru, le nom de la ville en kannada. La plus ancienne référence au nom Bengaḷūru est une inscription gravée dans une vīra gallu du Xe siècle (en hindi, littéralement une « pierre du héros » vantant les mérites d’un guerrier). Dans cette inscription retrouvée à Begur, Bengaluru est décrite comme l’emplacement d’une bataille ayant eu lieu en 890.
Elle fut construite autour d’un fort bâti en 1537. Ce fut un des sièges de l’administration britannique de 1831 à 1881, date à laquelle elle fut rendue au maharaja de Mysore. Bangalore est historiquement une ville de garnison militaire durant le Raj britannique, préféré alors à Mysore et à Chennai de par sa faible population.
A partir des années 90, Bangalore devient le pôle indien le plus important dans les technologies de l’information, avec une montée en gamme importante. Elle est devenue un centre universitaire, scientifique et économique considérable. L’agglomération est considérée comme la « Silicon Valley » indienne et l’exemple d’un pôle de compétence d’importance mondiale.
Mysore
Une ville magnifique à découvrir avec un chauffeur local qui vous conduira aux différents temples ainsi qu’au Palais de Mysore. C’est une ville comme je les aime. Ce n’est pas le bourg de campagne mais elle reste de taille humaine malgré son encombrement aux heures de pointe. En Inde, il faut savoir prendre son mal en patience. Peut-être que le fondateur du Yoga a eu une vision du futur et a tout fait pour aider ses futurs automobilistes à relativiser le temps passé dans les bouchons…. Sourires…
J’avais aussi oublié une autre présence animales en Inde. Il fallait se rappeler « Les aventures d’Indiana Jones ». Les singes sont très présent sur les temples, se promenant sur les différents édifices, réclamant de la nourriture, pour certains.
Lors des visites des temples, Saiprasad a été d’un grand secours car je ne connaissais pas toutes les coutumes. Merci encore à toi mon ami. Il m’a aussi fait goûter de nombreuses choses et il m’a conduit aux fontaines de lumières pour la fête de Divali, une fête importante puisque c’est l’équivalent de notre Nouvel An.
Le nom Mysore est une version anglicisée de Mahishūru qui signifie la demeure de Mahisha en kannada. Le nom commun Mahisha en sanscrit, signifie buffle. Mais dans ce contexte territorial cependant, Mahisha se réfère à Mahishasura, un démon mythique qui pouvait revêtir la forme d’un être humain ou d’un buffle et qui, selon la mythologie hindoue, régnait sur le territoire qui devint le royaume de Mysore. Cette zone était connue en sanskrit sous le nom de Mahíšhaka ou ce qui appartient à Mahishasura.
Mysore a été la capitale du royaume de Mysore pendant près de six siècles, de 1399 à 1956. Le royaume était gouverné par la Dynastie des Wodeyar. Les Wodeyar étaient des mécènes qui contribuèrent de manière significative à la croissance culturelle et économique de la ville et de l’état. Cette riche culture et les monuments de la cité lui ont valu le surnom de capitale culturelle du Karnataka. Le royaume atteint son apogée de puissance militaire et de domination dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans les années 1760 et 1770, sous le règne de facto des sultans Haidar Alî et Tipû Sâhib (le Tigre de Mysore), son fils, qui font démolir des parties de Mysore pour faire disparaître les legs de la dynastie Wodeyar. C’est à cette époque que le royaume de Mysore entre en conflit avec les Marathes, les Britanniques et les Nizam de Golkonda (Inde), menant aux quatre Guerres du Mysore. Après la mort de Tipu lors de la quatrième guerre du Mysore en 1799, la capitale du royaume repasse de Srirangapatna à Mysore et le royaume est attribué par les Britanniques à leurs alliés de la quatrième guerre de Mysore. L’ancien royaume de Mysore est transformé en une principauté sous la suzeraineté de la Couronne britannique. Les anciens dirigeants Wodeyar sont réintégrés en tant que monarques fantoches désormais appelés Maharaja.
Source