Delhi et Agra

Delhi et Agra, 6 jours, Novembre 2019

Delhi
Delhi ou New Delhi, difficile de s’y retrouver. Delhi est une ville du nord de l’Inde et abrite en son sein New Delhi, la capitale du pays. Si je comprends bien, deux villes en une. Alors suis-je à Delhi ou New-Delhi…
Une ville très cosmopolite. Mon hôtel est à Connaugh Circle, le point central du métro. Un lieu immense puisque sa partie extérieure doit faire dans les 5km (3,1mi). J’ai pu ainsi me ballader dans Delhi (Old et New) plus facilement. J’ai d’ailleurs pris la carte de métro, valable 3 jours, pas chère et surtout très pratique. Le métro reste le moyen de transport le plus pratique et le plus sécurisé. Une fouille est effectuée à chaque entrée et rayon-X sur les bagages.
Il y a beaucoup de choses à voir mais les distances sont grandes. Il est difficile de faire plusieurs monuments dans la même journée, sauf si vous êtes un marcheur comme moi. Je regrette de ne pas avoir pu aller à certains endroits comme « Old Iron Bridge ». A pied, cela reste impraticable. Mais je vous conseille de vous promener ainsi mais je reconnais qu’il faut savoir fermer son coeur sur toute la pauvreté régnant dans cette immense ville. De nombreux jardins, rues, servent de chambres et de terrains de jeu aux enfants. Cela fait mal au coeur mais je ne suis qu’une goutte d’eau. J’ai discuté avec un indien qui me demandait pourquoi il y avait autant de pauvres. Difficile d’argumenter pour un européen qui n’a pas la même vision et le même esprit qu’un indien. Cette pauvreté reste paradoxale comparée aux immenses progrès de cette nation montante. Elle a failli réussir à devenir le 4ème état à poser une sonde sur la lune, cet été. D’un côté, cette puissance (militaire, spaciale) et de l’autre cette immense pauvreté.
Delhi est située sur les bords de la rivière Yamuna, et est depuis longtemps une ville importante, placée sur les routes de commerce du nord-ouest aux plaines du Gange. Elle a été la capitale historique de plusieurs empires indiens. Il existe de nombreuses légendes sur l’origine du nom de « Delhi ». Selon l’une d’entre elles, il serait dérivé de « Dhillu » ou « Dilu », un roi qui a bâti la ville en 50 av. J.-C. et lui a donné son nom. Selon une autre légende, le nom de la ville est basé sur le mot hindi/prakrit dhili, « lâche », et était utilisé par le clan Tomara en référence au pilier de fer de Delhi dont les fondations étaient faibles et avaient dû être déplacées. Les pièces de monnaie en circulation dans la région sous les Tomara étaient appelées « dehliwal ». Enfin, selon le Bhavishya Purana, le roi Prithiviraja d’Indraprastha a fait construire un nouveau fort pour toutes les castes de son royaume et lui a donné le nom de « dehali ».
Les restes de huit cités majeures ont été découverts à Delhi, les cinq premières se trouvaient dans ce qui est aujourd’hui le sud de Delhi. Elle fut turque (mosquée « Quwwat-al-Islam ») et afghane avec la dynastie des Esclaves, puis mongol pendant plus de 3 siècles. Elle appartient ensuite à l’Empire marathe hindou (1720). La Compagnie britannique des Indes orientales s’y installent en 1803 et la ville passe ensuite sous contrôle britannique jusqu’en 1947, année de l’indépendance de l’Inde.
Agra
Agra, ville célèbre pour le Taj Mahal. Ce mausolée est vraiment grandiose. Ces façades de marbre blanc ne laissent pas indifférent. cette blancheur fait mal aux yeux. De par et d’autres, la mosquée et le palais des invités. Leur couleur, rouge, fait encore plus ressortir la blancheur du mausolée. Même si le lieu est grandiose, je n’ai pas trouvé la magie à laquelle je m’attendais, comme ce fut le cas pour le site de Pétra. Ceci n’enlève rien à la splendeur du monument. Le 2ème monument, le Fort d’Agra, est vraiment immense. Quand on voit les murs d’enceinte de l’extérieur, on n’imagine vraiment pas ce qui se cache derrière ces pierres rouges. Différents palais, couverts par le passé de tapis, en guise de porte. Ces monuments, à l’architecture moghol et indou frappent aussi par leur ingéniosité afin de garantir la fraicheur à l’intérieur. Ainsi, à l’intérieur de certains murs, circulaient de l’eau pour raffraichir, ou encore des systèmes d’aération pour faire circuler l’air.
Le Taj Mahal, qui signifie, en persan, « le palais de la couronne », est un mausolée de marbre blanc construit par l’empereur moghol musulman Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt en 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu’elle accompagnait son mari pendant une campagne militaire. Le Taj Mahal est considéré comme un joyau de l’architecture moghole, un style qui combine des éléments architecturaux des architectures islamique, iranienne, ottomane et indienne. Il est érigé au fond d’un jardin ornemental rectangulaire clos par une enceinte percée sur chaque côté de quatre portes dont trois sont fausses. Le jardin est parcouru par quatre canaux en croix pourvus de jets d’eaux et de fontaines. Le monument est construit en utilisant des matériaux provenant de diverses régions de l’Inde et d’autres régions d’Asie. Plus de 1.000 éléphants auraient été employés pour transporter les matériaux de construction durant l’édification. Sa construction commence en 1632 et se serait fini à la fin de 1643 ou au début de 1644. Mais à l’entrée principale une inscription indique que la construction s’est achevée en 1648.   Le fort d’Agra est un fort recouvrant une surface de 38ha (0,15mi2), c’est le plus grand fort de l’Inde. Les murs d’enceinte, en grès rouge, sont hauts de 21m (68ft) et longs de 2,5km (1,55mi). Connu depuis 1080, le fort, en ruine, fut reconstruit 1558 par Jalâluddin Muhammad Akbar pour un faire un palais résidentiel pour son fils. Sa reconstruction dura 8 ans. Le monument, originellement en briques, fut reconstruit avec du grès rouge venant du Rajasthan. A partir de ce moment-là, le fort ne fut plus seulement une place militaire mais aussi un lieu de résidence. L’architecture est de style hindou, le style moghol s’affirmera plus tard sous Shâh Jahân.
Source
Anecdote: Lors de différents conflits (Allemagne, Japon, Pakistan), des échafaudages sont érigés, au Taj Mahal, pour induire en erreur les pilotes. Après les attentats du 11 septembre 2001, des mesures préventives sont envisagées pour couvrir le monument avec une toile kaki afin d’éviter la réverbération du soleil qui le rend visible à 40km (25mi) à la ronde ce qui pouvait en faire une cible potentielle.
Conseil: Pour visiter Agra, rien ne vaut le train à grande vitesse. J’ai fait le trajet en voiture et c’est très long, surtout qu’il n’y a rien à voir sur le trajet, juste la découverte des aires d’autoroutes… Vous partez le matin tôt et vous rentrerez avec le dernier train.
Les photographies
Les autres albums de l’Inde