Ma vision des philippines, Janvier 2018

Ma vision des Philippines, le 17 janvier 2018
Pourquoi cet article
Je souhaite donner mon ressenti et ma vision concernant les Philippines, et pourquoi j’adore ce pays. Avant mon 1er voyage, tout le monde me disait « Tu es fou d’aller dans ce pays avec ce président complètement taré, ce dictateur ». J’allais sur une petite île de plongeur. Qui était à la tête du pays était le cadet de mes soucis. Je pense à Israël, à la Palestine, il y a aussi des touristes dans ces pays dangereux.
Jeune, j’ai toujours été passionné par l’Asie, sa culture, son histoire. Après ce 1er voyage, je suis tombé amoureux de ce pays, de ces gens, amicaux, généreux. Pourtant j’ai côtoyé quelques philippins mais dans un lieu édulcoré. J’ai donc voulu en savoir plus car à mon retour, une idée germait en moi… Une idée, une concrétisation de projet. J’avais déjà l’idée de quitter la France pour la retraite, sûrement en direction de l’Asie… Ce pays pourrait-il être cette terre tant recherchée ?
Afin de répondre à cette question, j’ai besoin de comprendre son histoire, son président, et de rencontrer des philippins.
Un peu d’histoire
Les Philippines sont entrées dans l’empire colonial espagnol en 1565. Les Etats-Unis encouragent le mouvement d’indépendance des années 1890 et participent militairement. En 1898, un traité met fin au conflit Hispano-américain. L’Espagne vend aux Américains sans donner l’indépendance.
Un nouveau maître est là !!! En réponse, un nouveau vent d’indépendance souffle. Le combat reprend dès février 1899. En 1935, les US accordent une semi autonomie et un premier président est élu.
Finalement, le 4 juillet 1946, les Philippines obtiennent enfin leur indépendance. Le 4 juillet, une date qui me rappelle quelque chose…
Les US ne veulent pas lâcher ce bout de terre et la présence américaine reste omniprésente car les Philippines sont proche de la Chine.
Les américains aussi s’y sentent chez eux, en témoigne cette anecdote: un américain, après une altercation a déclaré lors de son arrestation : « vous ne pouvez pas me toucher, je suis AMERICAIN »
Qui est le président Duterte
Est-il ce dictateur sanguinaire décrit par les médias occidentaux ?
Je me suis un peu renseigné sur le président Duterte, j’ai discuté sur différentes plateformes. C’est un sanguin, un visaya. Il insulte, Obama, le pape, … Mais ce qui ressort principalement, c’est l’amour de son pays. Il veut que son pays devienne un état souverain et plus un état vassal du monde occidental. Il ne faut pas oublier que les Philippines étaient l’un des pays les plus riches d’Asie !!!
Maire de Davao pendant 20 ans, son travail semble exemplaire même si ces résultats sont décriés par les médias occidentaux.
Quand il s’est présenté aux élections présidentielles, il avait dit « Oubliez les droits de l’homme, si je deviens président, ça va saigner ». Pourquoi ? Il veut éradiquer la criminalité, la corruption, la pauvreté et surtout la drogue de son pays. Il a été élu président en 2016 avec 40% de voix (23% pour le 2ème puis 21%, 12% et 3%). Les philippins le voulaient.
Pour la corruption, il a instauré un numéro gratuit si vous êtes victime de corruption. Il garantit une réponse dans les 48h. Concernant, la drogue, les policiers ont carte blanche. 5.000 morts (arrestations et règlements de compte), plus de 2.000 drogués qui se sont constitués prisonniers par peur de mourir dans les rues.
Peu après son élection, il a exigé le départ des militaires américains. Le Président Duterte se rapproche de la Chine, de la Russie pour obtenir des aides économiques et techniques mais tout en gardant une souveraineté Philippine et pas une occupation !!!
Si vous voulez vraiment en savoir plus sur lui, oubliez ce que vous disent les journaux occidentaux.
Les médias occidentaux
Un grand débat ou un grand déni. Chaque émission traitant des Philippines parle du président Duterte et de sa lutte contre la drogue. Le message qu’ils veulent faire passer : « Duterte est responsable de milliers de morts ». Aucune émission n’échappe à cette règle. Mes amis occidentaux FB vivant aux Philippines ou ceux que je côtoie via les groupes d’expatriés sont toujours dégoutés par cette présentation.
Les médias occidentaux ont beaucoup parlés de la guerre menée contre l’E.I., Daesh mais pour les 5 mois de guerre à Mindanao, peu d’informations. Pourquoi ?
Anecdote : Mai 2017, « le Monde » titrait « Plusieurs morts dans des combats sur une île touristique de Bohol, dans le sud des Philippines. Il s’agirait de la première opération de l’organisation Abou Sayyaf dans cette zone ».
Après discussion sur Bohol avec des amis vivant sur place, il s’agissait de trafiquants de drogue qui se sont perdus et sont arrivés sur Bohol sans savoir où ils étaient. Ils sont rentrés dans les terres, ont tués deux personnes âgées. Peu après, des enfants ont découverts les corps et sont allés chercher la police qui a appelé l’armée. Les militaires ont poursuivis les hommes et les ont tous tués sauf un, qui a proposé une rançon de plusieurs millions de pesos contre sa libération. Il a été tué. Bien ou pas, cela reste une réponse donnée aux trafiquants de drogue !!! Qui croire finalement, je vous laisse juge »
Pourquoi ce déni du Président Duterte ?
Parce qu’il veut limiter le pouvoir des États-Unis sur son pays et ne pas être un pays vassal.
La lutte contre la drogue
Je déplore tous ces morts mais il y a plusieurs visions à avoir. Des amis de boulot, des asiatiques et des européens ont vu la dernière émission.
Les européens ont trouvé barbare la carte blanche donnée aux policiers pour traiter le problème de la drogue. Les asiatiques ont trouvés cela complètement normal.
Une carte blanche aux Philippines, et en France ? Les policiers qui se font cracher dessus, reçoivent des jets de pierres. Ils se font tirer dessus. Les peines de prison pour les délinquants sont si faibles !!!
A méditer…
Mon ressenti
J’ai surtout vu beaucoup de sourire, beaucoup de soleil dans ces visages.
J’ai côtoyé des gens formidables. La famille qui m’a accueilli, les gens dans la rue, dans les jeepneys, les UV services (minibus), bus, trains… Vous pouvez discuter avec tout le monde. Les gens vous répondent. Je me suis promené dans le quartier, j’ai joué au basket avec les enfants, bu des bières et des verres de rhum avec les adultes.
Et je m’y suis senti bien. Bien sûr, j’étais dans une famille du quartier, cela aide. Mais au fond de moi, j’espère avoir été apprécié par ce que je suis et non par mon côté étranger. Je ne me suis jamais senti en danger et je me sentais bien plus en sécurité là-bas qu’en région parisienne. Après, il faut éviter de se promener la nuit dans certains quartiers.
En rentrant un soir tard, Peter, le grand garçon de la famille, m’a demandé de ranger téléphone et appareil photo, et de mettre mon sac à dos devant moi. Question de sécurité. Il avait dû remarquer certaines choses car ce n’était pas la 1ère fois que l’on passait dans ce secteur de nuit
Ce qui m’a surpris. Pas de lumières dans la rue la nuit. Le quartier est fermé de minuit à 2h du matin comme beaucoup de quartiers. Il n’y a pas de poubelle dans les rues, du coup beaucoup de rejets par terre (gobelets, bouteilles plastiques, …). Je ne parlerais pas de la France, avec toutes les poubelles…
Ce qui m’a surpris aussi, c’est cette volonté de faire toujours plus. Peter, du haut de ces 15 ans va à l’école. Son désir : devenir policier pour aider les autres. Il aide déjà sa mère en achetant ses propres vêtements ou en demandant juste un complément. Du haut de ces 15 ans, il gagne de l’argent avec les tricycles, les jeepneys aussi, je crois. Des petits boulots qui lui rapportent quelques pesos. Et beaucoup de philippins font ainsi, grappiller le moindre petit peso possible.
Un peuple qui relève la tête et veut vivre !!!
Pour en savoir plus:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*